Opéra Puccino, sorti en 1998, est le premier album solo de l’inimitable Oxmo Puccino. Classique des classiques, il abrite notamment deux titres intemporels: L’enfant seul et La loi du point final. Accompagné de Lino sur ce dernier titre, le parisien a aussi pu compter sur Akhenaton, Freeman, Pit Baccardi ou encore Luciano pour une tracklist enviable. Produit par Time BOMB (pourtant largement implosé quelques mois plus tôt) et Delabel, l’album est doté d’une pochette sobre bien que colorée. Impassible, l’artiste y est représenté de profil; devançant deux masques de théâtre trahissant des émotions opposées. Un arrière-plan sous forme de cercles peu définis vient ajouter de la profondeur et pourrait être une représentation du mélange des sentiments que l’on retrouve au fil des morceaux.


L’Enfant seul- Oxmo Puccino (1998)

En effet, Opéra Puccino est un concentré de descriptions précises et poétiques. De la mort à l’amour en passant par la solitude et la peur, l’oeuvre porte extrêmement bien son nom dans le sens où elle parvient à décupler les craintes et aspirations de notre société. C’est d’ailleurs grâce à cette précision dans le registre émotionnel que l’Enfant seul a tant marqué son époque; dans l’atmosphère indescriptible avec laquelle ce récit austère et touchant renseigne sur la solitude de l’enfance et ses conséquences.