Lorsqu’il s’est lancé dans le milieu il y a quelques mois, Nelick ne s’imaginait peut-être pas rencontrer un succès aussi rapide. Entre une trilogie Océan saluée par la critique, et une tournée nationale aux côtés de Keith Ape et de son ami Lord Esperanza, tout est en effet allé très vite. Au-delà même de l’aspect musical, l’univers coloré et graphique du jeune rappeur de Champigny a effectivement de quoi séduire. De quoi nourrir une discussion complète, teintée d’une dose de dérision rafraîchissante.

1/Comment définirais-tu le courant très récent au sein duquel tu fais petit à petit place ?

Je ne pense pas appartenir à un courant en toute sincérité. L’océan est assez grand pour que je trouve ma propre vague.

2/Le rap en 2017, c’est quoi ?

Ce n’est plus du rap dans le sens où on l’envisageait auparavant, et c’est tant mieux. Je pense que chacun apporte, ou a apporté, une petite part de progrès. Tout le monde se met à faire ce qu’il estime être le plus proche de sa personnalité. Il y a moins de barrières ou de pression pour suivre un modèle en particulier. Après, chaque artiste apporte son ADN et ses influences c’est surtout ça qui permet d’élargir​ le genre musical selon moi.

3/Etre backeur est un rôle parfois vu comme ingrat. Après avoir été celui de Lord Esperanza sur sa tournée, que peux-tu nous dire de cette expérience ?

Honnêtement, cela a vraiment été incroyable. Je prends ça sans trop me poser de questions. Je suis avec mes potos, on fait la première partie d’un rappeur que je kiffe, mondialement connu (Keith Ape ndlr) devant plus de 600 personnes à chaque fois. Pas mal de gens me découvrent aussi aux côtés de Lord, on essaye de faire de chaque concert des shows mémorable pour nous et pour le public. Je suis aussi fan de ce que font Lord et Majeur Mineur du coup c’est encore plus lourd.

4/Quelle est l’image artistique que tu associerais à l’océan ? Pourquoi y ajouter des dates ?

Je sais que ça fais peut été cliché mais l’océan m’a toujours fasciné je trouve ça calme et mystérieux. Mais dans mes sons ce n’est pas cet aspect de l’océan qui est évoquée. C’est surtout une métaphore pour dire qu’on se répand comme l’océan dans le futur (à cause de la fonte des glaces ndlr) et qu’on prend de plus en plus de place. Un peu comme le rap dans les médias et dans le monde d’ailleurs. Deuxièmement, l’océan a beau se répandre comme je l’évoquais, il devient de plus en plus crade ce que je mets en lien avec une destruction de mon corps à cause des produits que je consomme.
Ensuite les dates correspondent à des moment clé. 2022 j’aurais 25 ans c’est le moment où tu te dis « Merde, j’ai pas percé je fais quoi ? » ou au contraire « J’ai percé, j’fais quoi ? ». Evidemment, je préfèrerais me poser la deuxième question (rires). 2017 c’est l’année où je me lance vraiment dans le milieu, on commence à faire des concert un peu partout, à faire des vues, à se construire une notoriété et une image. Enfin, 2077 je le vois plus comme une sorte de crépuscule de ma vie.

5/Après ce triptyque (2017, 2022, 2077), y’aura t-il un nouveau morceau éponyme ?

Je ne savais pas ce qu’était un triptyque, c’est cool.

6/Comment comptes-tu répartir ta production entre carrière solo et Palass (son duo avec Lord Esperanza), dans les prochains mois ?

Très bonne question. Je pense que je vais continuer avant tout à faire mon chemin en solo, tout en enchaînant les scènes avec Palass. Tout cela afin de sortir un projet aboutit en solo et en groupe. J’ai déjà commencé la KiwiBunnyTape, il me manque 3 morceaux et on commence doucement à avancer sur le prochaine projet Palass pour qu’il sorte fin 2017/début 2018

7/Quel regard portes-tu sur tes clips ? Ces successions d’images tirées de divers univers ?

Honnêtement, je pense que les gens vont vite saturer de ce genre de clip, il y en a eu trop d’un coup. Mais à la sortie de Ocean 2022, je n’en avais jamais vraiment vu et je t’avoues que je n’avais pas les moyen pour faire un clip de ouf ou payer un mec. Je me suis vraiment dit « J’ai envie de sortir un truc allons y ! ». J’ai lancé iMovie et j’ai récupéré plein d’image. Je le suis aussi dis que j’allais me filmer avec ma webcam, et j’ai ensuite tâtonné parmi toute les possibilités d’iMovie afin de faire un clip original. Les gens de mon entourage on grave kiffé, du coup je me suis dit que j’allais en faire d’autres du coup avec le même délire.

8/Peux-tu nous parler un peu de tes influences musicales ?

J’écoute surtout du rap, du rn’b, mais aussi de la soul, du dancehall, du jazz, du blues. Après le rap reste quand même plus mon délire… je me met vite fait à écouter de la future house aussi… J’essaye de prendre tout ce qui peux m’inspirer. C’est comme ce que je te disais au début, je pense que le rap à évolué grâce au mélange les genres.

9/Et pour ce qui relève de la culture au sens plus large ?

Alors j’aime beaucoup l’oeuvre de Mozart et le dernier Kubrick… Non je rigole, je ne suis pas très cultivé; du moins dans ce sens là. Mes parents n’étaient pas très culture. C’est difficile de s’y intéresser par la suite du coup.

Andy Luidje, Lord, Majeur Mineur, jeune Shavy, Vesq Mojo, 2022, kiwibunnylove