Entretien avec Verso, autour de Colère Calme

Lancé extrêmement jeune dans le grand bain, Verso sʼétait donné le temps de la maturation depuis quelques mois. Une grande discrétion, rompue il y a quelques semaines avec la sortie de son premier véritable projet, Colère Calme. Extrêmement réfléchi, cet EP est principalement marqué par la gestion quasiment professionnelle dont lʼartiste lʼa entouré. Le jeune parisien y entame, en effet, un chemin artistique dont il est à la fois moteur et seul garant. Et cʼest pour lʼensemble de ces facteurs, que nous avons souhaité aborder avec lʼun des espoirs les plus prometteurs de sa génération, un ensemble de thématiques assez larges.

1/Tout dʼabord, quelle est selon-toi la différence essentielle à marquer entre ce projet et ce que tu as pu faire auparavant ?

Les morceaux que jʼavais mis en ligne jusquʼici étaient réunis sous la forme de mixtapes, et donc posés sur des faces B. Avec Colère Calme, le travail dʼécriture sʼest étendu bien au-delà, et notamment à une réflexion sur la composition des instrus. Cʼest cette recherche, que jʼai essayé de pousser à son paroxysme et qui donne une saveur différente à cet EP y compris dans la profondeur dont il fait part. Jʼai aussi été beaucoup plus indulgent avec mes écrit. Ici, tout a été pensé par moi, et supervisé par mon entourage; cʼest là que se trouve le fil directeur de la phase de création.

2/Avec une telle recherche musicale, on comprend aisément lʼimportance que revêt la première piste du projet (Jusquʼau bout ndlr) pour toi. Que peux-tu nous en dire ?

Jʼaime beaucoup ce morceau en effet. Je pense quʼil est celui qui incarne le mieux le concept de « colère calme » dans le projet. Il a été longuement travaillé pour lui donner un aspect crescendo, sans pour autant créer des disparités de niveau dans le texte. Cʼest LuxRiderz qui mʼas motivé a travailler ce morceau comme un fou, je savais que ca allait etre le titre dont je serai le plus fier de la tape quand jʼai recu la boucle de la prod.

3/Lʼambiance de ce titre est assez éloignée de Traumatisé, piste qui le suit. Ce contraste était-il pensé dès le départ ?

Il est vrai que ces deux morceaux sont assez différents. A lʼorigine, je pensais placer Traumatisé en sixième position, peut-être pour conserver une certaine unité à ce moment-là du projet. Cependant, un ami mʼa convaincu dʼen faire le deuxième titre, pour montrer plus rapidement cette couleur de lʼEP et ne pas laisser une seule couleurs prendre trop largement le dessus.

4/Vient ensuite la plus grosse collaboration de Colère Calme, le featuring avec Lord Esperanza. Comment sʼest-il construit ?

Savoir Vivre était en fait le premier morceau enregistré du projet. Je connais Spé depuis de nombreuses années, on se voit régulierement et on aime échanger autour de nos nouvelles créations… Je lui avait donc montré cette track le soir meme de son enregistrement, et il mʼa rapidement dit que ce serait un plaisir de me rejoindre sur ce morceau. Cʼest un artiste qui mʼapprend beaucoup, du fait de son expérience et du décalage quasiment systématique dʼune année qui existe entre nos deux parcours. Après avoir entendu la première version, il est revenu très vite vers moi avec un couplet qui collait à la fois à lʼinstru et à lʼatmosphère générale du son. Nous avons donc décidé d’intégrer la seconde version à ce premier EP.

5/Ce parallèle avec la carrière de Lord Esperanza est un bon moyen dʼintroduire le côté très professionnel qui traverse Colère Calme. Outre le lourd travail derrière ce projet, on sent chez toi un attrait pour tout ce qui touche de près ou de loin à la création et à la diffusion de tes morceaux.

Cʼest vrai; jʼai eu la chance de sortir des morceaux assez tôt, ce qui mʼa donné le temps dʼéchouer et de me relever a nombreuse reprises. Cʼest peut etre cela qui mʼas permis dʼengranger une expérience que je juge nécessaire à ce que je fais aujourd’hui. Outre le fait dʼapprécier la création musicale à proprement parler, jʼai toujours été attiré par lʼentrepreunariat sous ses différentes formes. A terme, le but est de construire une structure qui soit bénéfique économiquement à lʼensemble dʼacteurs qui interviennent sur mes projets. Je suis concentré à 100% sur un ensemble dʼobjectifs qui vont en ce sens, même si le plus important reste toujours la relation humaine qui me lie à tous ceux qui mʼentourent…

6/Peux-tu nous éclairer sur FLR, le structure que tu as mise en place récemment ?

FLR nʼa encore rien dʼun label officiel, notamment car ses membres ne travaillent pas sur lʼensemble des projets qui y naissent; et que je ne peux promettre aux acteurs du projet un revenu assez conséquent pour que lʼélaboration d’un projet soit leur seule activité. Chacun essaye cependant dʼaider comme il le peut, et la phase de développement qui a rythmée ces derniers temps nous rend optimistes sur la suite de son expansion. Sʼil nʼy a pour le moment que deux rappeurs qui en font pleinement partie (Verso et Brass ndlr), lʼensemble dʼartiste qui gravitent autour crée une émulation très positive.

7/Cʼest sans doute lʼune des raisons pour lesquelles tu as choisi de faire appel à quelques références dans leur domaine; comme Mims à la réalisation de tes clips…

Le côté visuel nʼest pas forcément celui qui ressort le plus de Colère Calme à mon sens (attendons tout de meme le dernier clip pour en juger). Cela est certainement dû à la volonté que jʼavais de sortir assez rapidement lʼEP, pour me projeter rapidement sur mes études et les prochains projet à venir. Je travaillais sur Colère Calme depuis 2014, il fallait bien que l’EP sorte un jour (rires). Mims est cependant un réalisateur très talentueux, carré et qui travaille rapidement. Il était donc tout désigné pour garantir une qualité qui ne devait pas être sacrifiée et une certaine efficacité.

8/Pour en revenir aux différence que lʼon observe entre les morceaux de lʼEP, le titre Road contraste par sa légèreté. Quelle-est son histoire ?

Jʼai compris que jʼavais fini Colère Calme avec cette piste. Elle a été très longuement travaillée avec D6, avec qui il a fallu affiner nos visions pour parvenir à un résultat qui nous plaise autant à lʼun quʼà lʼautre. Nous avons travaillé 3 tracks ensemble en 2017, sans jamais être totalement satisfait. Je pense que l’on ne voulait pas vraiment d’un featuring classique, mais plutôt d’un univers commun. Nous avons trouvé un angle satisfaisant avec lʼaide de Jagger Jazz, qui a fait un travail de folie sur la prod, il a vraiment emmené le morceau dans une autre dimension.

9/Enfin, comment penses-tu que ton regard évoluera sur ce premier projet construit de A à Z ?

Je pense, et jʼespère, que ce projet vieillira bien. Je n’ai pas forcément attendu dʼêtre côté sur le web pour le sortir, en connaissance de cause. Je souhaite quʼil soit découvert par le public sur la longueur, cʼest aussi pour cela que je nʼai pas voulu cristalliser la communication autour de sa sortie et tenter de créer une sorte de « buzz » éphémère. La distribution est indépendante, comme lʼest lʼensemble du contenu. Jʼespère que le temps fera son affaire.

S/o à toute lʼéquipe qui a travaillée sur Colère Calme, et à vous pour lʼentretien, on est ensemble la famille.

Photo de couverture: Paul Roberts

By |2019-02-02T12:18:54+01:00novembre 25th, 2017|Albums (Critique), Critique (Catégorie), Interviews (Critique)|0 Comments